librairie jaubert allée louis gardiol 04500 Riez- tel: 04.92.77.84.60

23 août 2016

Chronique : " Une forêt obscure " de Fabio M.Mitchelli chez Robert laffont " la bête noire "

9782221188729

Présentation de l'éditeur :

Un thriller psychologique choral, librement inspiré de l'escalade criminelle du tristement célèbre Luka Rocco Magnotta et du meurtre prémédité qu'il a commis en 2012, sur la personne de Lin Jun, un jeune étudiant chinois installé à Montréal, ainsi que des crimes effroyables du tueur en série Robert Christian Hansen qui a violé et assassiné dix-sept femmes dans les environs d'Anchorage, entre 1971 et 1983.
Lorsqu'en mai 2010 le corps d'une adolescente de Juneau, en Alaska, est retrouvé aux abords de la légendaire forêt de Tongass, le capitaine de police Jake Nelson ne peut imaginer qu'il s'agit de celui de sa fille.
Deux ans plus tard, à Montréal, Luka Ricci torture des animaux et diffuse les images sur le Web. Porté par sa folie, il franchit alors une étape et assassine son amant à coups de pic à glace. Louise Beaulieu, une jeune enquêtrice borderline accro au poker, est en charge de l'affaire. Mais elle est loin de se douter qu'elle va devenir le pion d'un jeu d'échecs, manipulé par le tueur en série Daniel Singleton du fond de sa cellule.
En parallèle, à Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc, comme pétrifiées, au bord de la route qui longe la forêt de Tongass. Sous les ordres de Jake Nelson, le lieutenant Carrie Callan prend en main le dossier et va très vite réaliser que certains secrets doivent rester enfouis à jamais. Les deux affaires finiront par se rejoindre, menant Louise et Carrie sur une seule et même piste : une terrifiante affaire de moeurs avec prostitution, pédophilie, tortures et séquestrations.


 

Mon avis :

 C'est toujours très intéressant de suivre un auteur depuis ses débuts et de le voir atteindre le  sommet du thriller Français.

Fabio Mitchelli vient tout simplement de sceller les fondations d'une grande carrière.

Oui, il avait, déjà,  la reconnaissance de nombreux libraires, dont moi, de blogueurs et lecteurs et amateurs du genre avec

"la compassion du diable ".

Reconnaissance aussi du monde de l'édition, car pour ce nouveau roman, les éditions Robert Laffont de la collection " la bête noire"

l'enrolaient pour de nouvelles aventures.

Bref, la sortie d' "une forêt obscure" repoussée plusieurs fois de suite avait attisé  ma curiosité de lecteur  de thriller.

Et puis voilà, je viens de le terminer et c'est une grande réussite !!

Ma lecture est passée par de différent stades.

Surpris, par ses premières pages où un grand nombre de personnages se succèdent. Tous sont marqués par la vie, pas un n'est

épargné ! Dur, peut-être un peu trop et j'ai eu  peur de caricatures trop prononcées. Mais l'auteur a su peser cela avec soin, juste

ce qu'il faut pour attiser l'engouement, l'appétit  avec son intrigue.

Comme pour " la compassion du diable ", Fabio Mitchelli intègre dans son thriller des serial killers qui ont existé. Ici, c'est Robert

Christian Hansen ( daniel Singleton ) et Luka Rocco Magnotta.

Je trouve que ça apporte d'avantage au récit, ça crédibilise des actes et pointe, ainsi du doigt la monstruosité de tel personnages.

Essayer de les déchiffrer et creuser leurs part d'ombres, l'auteur les soumet à sont histoire pour en faire  des éléments

essentiel, indisociable au fil conducteur de son roman.

Autre personnage, la forêt, cette maudite forêt, sombre et mystérieuse,  ce lieu ne va pas vous lâcher, ni vous épargner. Des jeunes

femmes dans des états de commotions très violentes vont être retrouvées, , sans qu'elles ne puissent dire les raisons de leurs états !

Aucun mot ne sort pour expliquer leurs situations, l'inquiétude grandit au sein de l'équipe d'enquêteurs.

Le pied, j'ai alors pris un plaisir de lecteur à la naissance de deux personnages auquel j'ai tout de suite ressenti de l'attachement :

Le lieutenant Carrie gallan et l'enquêtrice Louise beaulieu !!! ça c'est des personnages !!

Je n'ai eu qu'une envie les retrouver au plus vite. Elles apportent la touche qui rend un roman inoubliable, de la sensibilité, du

mystère, de l'émotion, et aussi un peu de folie...

Les chapitres défilent à une vitesse incroyable, la tension monte crescendo, les révélations arrivent  à points nommés... et que dire de

ses dernières phrases  qui assomment le lecteur !

On se rend compte à certain passage, de l'influence qu'a l'auteur sur un grand "roman", celui du " le silence des agneaux".

je partage complètement cette passion, je suis moi même un fan du maître Thomas harris. Cela n'est nullement gênant car l'auteur

le signale et s'en délecte de le nommer, chapeau bas.

"Une forêt obscure " se lit d'une traite, l'immertion est inévitable

C'est le  thriller de la rentrée à ne rater sous aucun prétexte, c'est addictif et très bien construit. Fabio mitchelli a encore

franchi un cap avec cette histoire hors norme qui ravira les fans du genre.

Sortie le 15 Septembre .

 

 

 


14 août 2016

Les Prix du salon "la ruche des mots 2016 " librairie jaubert, Riez-la-romaine 7 Août 2016

 

 Quatre prix littéraires ont été décernés le jour du salon. Ces prix ont été attribués par de grand lecteurs de la librairie Jaubert, les 

organisateurs du salon n'intervenant pas sur les votes.

Voici les lauréats :

Prix la ruche des mots 2016, catégorie roman :

Lenka Hornakova civade avec " giboulées de soleil" chez Alma éditeur

9782362791857_1_m13882384_1026062207489201_8023254096807152985_n

 


 

 

Prix la ruche des mots 2016 catégorie Polar :

Olivier Descosse avec " La liste interdite " éditions J'ai lu

9782290013762_1_m13880138_1026061744155914_8422757514354341368_n

 


 

 

 

Prix la ruche des mots 2016 catégorie Jeunesse :

Olivier Gay avec " le noir est ma couleur " t1 "le pari" éditions rageot

9782700242836_1_m13962656_1026297427465679_5173716966401270535_n

 


 

Prix spécial du jury La ruche des mots 2016

René Frégni avec " je me souviens de tous rêves" Gallimard 

9782070107049_1_m13900368_1026062574155831_2809018283830937436_n

13 août 2016

Salon "la ruche des mots 2016 " 7 Août à Riez-la romaine

Voici quelques photos prisent lors du salon 

13879270_1026265877468834_6460998537408937433_n

 

13882617_1026297537465668_2622045110062039625_n13880396_1026265950802160_6956564673336284493_n13886868_1026265717468850_269126373638558440_n13921031_1026266894135399_5891561515508306235_n

13895551_1026295680799187_6463629460417837740_n

13925006_1026266297468792_4942362326232922009_n

13962714_1026296567465765_5602601154837420763_n13962730_1026266694135419_8541348404782552440_n

13938385_1026266404135448_4641667731757887586_n13962656_1026297427465679_5173716966401270535_n

13934645_1026297130799042_5889413350627883897_n13886928_1026265790802176_9096029644228344655_n13879190_1026265904135498_6036660495593816827_n

13770323_1026265697468852_7832067707521032613_n13895304_1026266187468803_3037469243679523453_n

 

Posté par librairie jauber à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juillet 2016

Prix " La ruche des mots " 2015 du Salon du livre à Riez-la-romaine ( organisé par la librairie Jaubert )

Le prochain salon " la ruche des mots " approchant à grand pas ( le dimanche 7 Août ) 

Nous avions envie de revenir à l'édition 2015 et vous rappeler les auteurs qui ont reçu un prix littéraire.

 Prix " Laruche des mots " catégorie roman :

Marcus Malte avec  " Fannie et Freddie "  Zulam éditions

9782843047268_1_mIMG_7660

 


 

Prix " La ruche des mots " catégorie polar :

Pierre Gaulon avec  " Noir ego " City éditions

11880365_410652175798305_4090951961920169343_nP1080702


Prix " la ruche des mots " catégorie terroir :

Chris tabbart avec " les yeux de la bastide " Géné provence 

9782918754213_1_mP1080698


 

Prix " la ruche des mots " catégorie jeunesse :

Richard Taleman avec " la confrérie de l'invisible " éditions j'ai lu 

9782290074954_1_msdl2015-172


 

 

 

Au 1er rang et de gauche à droite : Marcus Malte, Pierre Gaulon, Richard Taleman ( olivier descosse ), Chris Tabbart 

Entourés des lecteurs qui ont voté pour chacun des prix...

P1080708

04 juin 2016

Chronique: " Chaque seconde est un murmure " d' Alain Cadéo chez Mercure De France

livre_affiche_2358

 

Présentation de l'éditeur :

Depuis deux ans, ou un peu moins, ou une éternité, je marche, je prends des trains, des bus, je fais du stop, je m'agrippe à la route comme un scarabée vert ayant replié ses élytres. Je croise les humains, parle à peine avec eux, je ne suis pas très liant. Il m'arrive parfois de rester un ou deux jours en leur compagnie, mais, c'est plus fort que moi, je repars assez vite. C'est curieux, je n'ai aucune mémoire. Ou plutôt j'ai des trous, grands et veloutés comme des ailes de phalènes. La route est une gomme noire. J'avance et tout s'efface der- rière moi. Après un accident de voiture, Iwill (21 ans) a rompu toutes attaches fa- miliales et amicales et va désormais au hasard. Lorsqu'il arrive à Luzinbapar, il tombe sur Sarah et Laston. Le couple vit comme coupé du monde entouré d'une meute de chiens féroces. Laston creuse des tunnels sans fin dans une ancienne mine de cuivre et Sarah confie à Iwill un cahier sur lequel il devra consigner sa vie, instaurant entre eux un pacte tacite : il s'en ira une fois le ca- hier rempli. Iwill profite de leur hospitalité pour se reposer. Le comporte- ment de ses hôtes l'inquiète et le fascine. Entre ces trois-là une étrange relation s'installe. Iwill est-il vraiment libre de ses mouvements, les chiens le laisse- raient-ils partir sans broncher s'il le décidait ? Rien n'est moins sûr.


Mon avis :

   Poétique de bout en bout, Alain Cadéo nous livre un roman tout en beauté  !!

Pas besoin de 600 pages, l'auteur nous ferre dès les premières lignes. Ici, pas d'ennui, pas de mot en trop, tout est 

 plaisir.

L'histoire est centrée sur trois personnages, Sarah,  Laston et Iwill. Ce dernier est le noyau central, il dirige le récit, comme un 

monologue, il nous exprime ses doutes, ses peurs, ainsi que ses désirs.

L'ambiance est assez particulière, comme une petite angoisse, le lecteur se demande si ce monde ne va pas s'écrouler

en tournant la page .

La bouée de secours de Sarah et Laston lancée  est-elle sincère ? Cet havre de paix, cache t-il quelque chose de mystérieux ?

 La mort cette fatalité qui nous hante, nous submerge.  Peur de perdre les êtres chers, peur de perdre son amour.

 " Chaque seconde est un murmure " est un beau voyage, un moment de réflexion.

Je vais terminer en imitant Iwill : 

La vie est ainsi faîte, fatale et inéluctable, enivrante et passionnante...mais finalement, que sommes nous sans

l'essentiel..." l'amour " 5 lettres.